26 juin 2007

Les Beasty’s Boys et la Coupe de Paris

Le dimanche 17 Juin a eu lieu la Coupe de Paris au gymnase Carpentier. Arrivé vers 8h50, je retrouve quasiment tous les coéquipiers du Kenyu en tenue et en forme. Le recrutement des ‘ronins’ commence : une liste de Chambara-ka est inscrite et je demande au passage à Melle Girot (championne d’Europe de Chambara) qui est le meilleur de la liste. Nous accueillons alors dans notre équipe Guillaume Gracia, membre de l’équipe de France. Son frère ira rejoindre l’autre équipe du Kenyu, celle de Ronan et de Masao (Kawai). Les iaïdokas étant très peu représentés, nous serons seulement 4 dans notre équipe au nom prometteur : les Beasty’s Boys.

Le tirage au sort n’est pas favorable... enfin surtout pour l’équipe de Ronan, Romain et Masao car ils tombent dans la même poule que nous + une équipe assez dure du Budo XI.
Notre premier combat démarre sur les chapeaux de roues contre l’équipe du Budo. Score : Guillaume (Chambara) 2-0 ; Kenichi (2-0) ; Ho Kyun (0 – 2) et moi-même (2-0).
Le deuxième combat oppose l’équipe de Ronan au Budo XI. Ils perdent malheureusement aux points après un match très disputé.
Le dernier match de la poule nous oppose donc dans une lutte fratricide à nos chers amis d’entraînements. Les 2 frères Gracia (Chambara), qui se connaissent assez bien en geiko, nous offrent une belle démonstration qui se soldera par notre victoire (2-0). Ken (Kida) laissera ensuite Ronan sur le carreau après 2 points éclairs (il n’a aucune pitié, ce Ken !). Les combats fratricides s’enchaînent : Romain et Ho-Kyun réalisent un très beau combat de passage de 1er dan où ils ne feront que des Aï Men pendant 4 minutes. Avec un peu de chance, HK gagne par 2 Mens à 0. Le dernier combat se profile, nous avons déjà gagné et Masao est très fort. Nous finirons sur (1-1) : je place un Kote Suriage Men (comme à l’entraînement) et Masao me mettra un superbe Men dans un grand moment d’égarement de ma personne qui lui sera profitable.
Le combat se termine, nous finissons 1er de notre poule et la deuxième équipe du Kenyu ne se qualifie pas à 1 point.

Reprise des combats vers 13H45 : il ne reste plus qu’une équipe du Kenyu sur les 3 partantes + Vincent qui a été embauché dans une équipe du Budo pour pouvoir compléter l’équipe.
Nous sautons un tour -chance du tirage !- et nous nous retrouvons en ¼ de finale contre l’équipe du Renbukan que l’on connaît bien. Le souci, c'est qu’ils sont 5 (dont un iaïdoka, valeur sûre car il n’y a pas eu un seul combat entre 2 iaïdokas depuis le début) et nous avons un combat ‘presque perdu’ d’avance avec HK. Nous n’avons pas droit à l’erreur et le match se déroule comme prévu : Guillaume (Chambara) (2-0) ; Ho-Kyun (0 – 1) ; Ken (2- 0) et Iaidoka (0-2).
Je rentre donc sur le shiaïjo pour gagner contre notre ami Magnin qui vient souvent le dimanche matin et je prends un Men. Lorsque par la suite, je lui mets un Debana Kote tardif, je pense que le match est fini. Seulement, je me rends compte que les drapeaux levés ne sont pas tous de la même couleur et quand j’entends l’arbitre annoncer « Shobu », je respire et je me dis qu’il ne faut pas que je me rate. Aussi, en tant que capitaine, ne flanchant pas, je marque un 2ème Debana Kote qui nous fait passer en ½ finale. OUF !!! On a au moins une médaille !

De l’autre côté du shiaïjo, nous regardons l’équipe de Shogo Nakamura, Hatakeyama san et Yoshida san qui expédient tous leurs adversaires à des vitesses records. Nous sentons que nous nous rencontrerons peut-être bientôt... Mais avant cela, il y a la ½ finale contre les jeunes loups d’Issy et du Budo, j’ai nommé : Simon Cohen, M. Felce et Jukô Takeutchi. Le match s’annonce serré et nous avons pu constater que Jukô, dans un combat supplémentaire contre M. Bardon, était en forme et savait tenir la pression pour l’emporter.

Le match commence par la victoire de notre pratiquant de Chambara et se continue par la défaite de Ho Kyun et la victoire de Ken, comme d’habitude. Je dois donc maintenir le Hikiwake.
Usant de mon physique comme moyen de pression (j’ai honte…), j’arrive à repousser pendant 2 minutes la menace que représente pour moi Jukô. Mais l’erreur arrive et je prends un Men. L’équipe est donc en danger et je dois mettre la machine et les jambes en place pour pouvoir remonter le point. Lors d’une énième tentative de Kote Men, je place un Men sur son 2ème pas de recul qui me permet à 20 secondes de la fin d’arracher le Hikiwake et d’emmener notre équipe en finale. OUF !!!! On a au moins la médaille d’argent !!!!!!!

Comme prévu, nos adversaires sont là et Hatakeyama san, Yoshida san et Shogo ne comptent pas nous laisser gagner ! Nous allons voir nos futurs adversaires et nous décidons en commun de nos ordres de passages (Ken voulait faire un shiaï contre ‘la bombe’ qu’est Yoshida san avec ses Do éclairs).
Guillaume (SCH), qui a toujours combattu avec un Yari (lance) ou au Nitto, choisi le Choken (équivalent du sabre en mousse) : nous nous posons des questions ???? Le premier combat arrive et le drame se passe : aï uchi (points simultanés) … puis Guillaume se reprend et remet un point qui nous sauve d’un combat très mal engagé.
Ho-Kyun travaille correctement avec Hatakeyama-san mais il est plus fort et la défaite 2-0 est logique.
Le ‘combat de la mort’ arrive au moment où nous avons un point de retard sur l’équipe adverse. Ken et Yoshida nous offrent un shiaï-geiko de toute beauté avec de la rapidité, de l’engagement et de l’énergie. Et lors d’un échange de coups, Ken marque un superbe Men ! Nous exultons sur notre côté car je pense que je peux arriver à obtenir un Hikiwake contre Shogo (enfin, je crois…). Mais la joie est de courte durée car Yoshida passe un Do dont il a le secret et remet son équipe à 1 point d’avance à la fin du temps réglementaire de son combat.
Je rentre donc avec le devoir de marquer un point mais Shogo ne l’entend pas du tout de cette manière et commence un geiko très physique, avec beaucoup de déplacements et d’attaques ratées (comme dira un spectateur du public pas très connaisseur : « vous avez cassé du bois pendant 5 minutes »). A la fin du temps règlementaire, je n’ai réussi à ne faire lever qu’une fois un drapeau … Nous ne serons finalement que 2èmes mais cependant très heureux d’avoir pu partager un si bon shiaï-geiko avec des combattants de grande valeur.

Pas de déception … mais bon l’année prochaine, nous partirons pour être premiers !

Alain-Nicolas

3 commentaires:

Ronan a dit…

Alain Nicolas, où as-tu vu que je m'étais pris deux points "éclairs" ?
... regarde mieux la vidéo...
Je pense que tu m'as confondu avec quelqu'un d'autre.

Anonyme a dit…

Mais, félicitation à tous !
Et merci pour ton commentaire très vivant Alain nicolas.

Ronan a dit…

Zut... c'était moi l'anonyme.