14 juin 2006

Entraînement par temps chaud (shochu-geiko)

Il a lieu à une période donnée, la plus chaude de la saison. Le plaisir qui suit un entraînement par temps chaud est inégalable. Les effets psychologiques et physiques de cet entraînement sont incontestables. Les progrès techniques qui en résultent sont importants. Les programmes des séances d'entraînement par temps chaud recouvrent tous les programmes des autres types d'entraînement y compris shiai-geiko. Ceci permet à chacun d'observer ses propres techniques et de découvrir ses erreurs. Ces séances destinées aussi bien aux débutants qu'aux kendokas plus expérimentés sont axés sur les bases. Durant ces périodes, vous êtes censé vous entraîner intensément et longtemps : vous suerez donc abondamment et vous serez sans doute fatigué et parfois malade. Sur­veillez attentivement votre santé et votre condition physique.

En shocho-geiko, on tend à consacrer moins de temps à l'entraînement au combat. Palliez ceci en faisant suffisam­ment d'exercices destinés à corriger les défauts que vous décelez dans vos techniques.

[…]

Les arts martiaux, y compris le kendo, constituent le moyen de développer et de tirer le meilleur de l'esprit de l'homme, ils permettent également de parvenir à un développement physique. Par conséquent, ils font partie de la vie quotidienne, et, contrairement aux autres sports, leur pratique n'est pas limitée à des saisons particulières. Les séances d'entraînement dans le froid ou la chaleur intense, qui peuvent sembler irrationnelles à certains, ne le sont pas du tout. La vérité est que l'entraînement en kendo se sert d'un moyen irrationnel en apparence pour atteindre une fin rationnelle : développer la force spirituelle en surmontant des valeurs extrêmes. En affrontant des conditions particulièrement dures, des difficultés et des complications, il est possible de tremper son corps et son esprit. Ce choix librement consenti est un privilège accordé aux seuls êtres humains. Depuis les temps les plus reculés, ceux qui se sont consacré aux arts martiaux traditionnels ont recherché dans la difficulté le moyen de développer leurs talents et leurs possibilités pour se perfectionner et devenir des êtres parfaitement équilibrés. Toutefois, l'excès dans la recherche des difficultés peut avoir des effets contraires. Il peut gâcher le résultat de l'entraînement, détruire la santé et priver l'individu d'intérêt pour ce qu'il fait. Il faut donc à tout prix établir un plan d'entraînement adéquat, persévérer jusqu'à ce que le but fixé soit atteint et ne jamais abandonner en cours de route.

Extrait de « Bases du kendo », par Yasoji Nakano (hanshi 8e dan) et Nariaki Sato (kyoshi 7e dan), edité en Frane en 1976

4 commentaires:

Junior a dit…

Le message est clair donc. Pour ceux qui n'ont toujours pas compris:

FAUT VENIR S'ENTRAINER AU KENDO!!!!!!!

François a dit…

On peut même s'arranger pour trouver du Pulco Citron... si vous trouvez qu'il fait t'op chaud pour t'availler ;-) !

Anonyme a dit…

Il faudrait venir c'est sur!!! :-)
Daphné

lvleian a dit…

Ah ben moi je viens tant que je peux, même quand je suis pas super en forme et qu'on me dise d'arrêter sous peine de sombrer dans les méandres brumeuse de l'inconscience :p

maso moi ? ouais p'têtre